(Multimédia) (COVID-19) Pas nécessairement à Wuhan que le coronavirus est passé des animaux aux humains (OMS)

2020-08-04

Michael Ryan, directeur exécutif chargé à l'OMS du Programme de gestion des situations d'urgence sanitaire, s'exprime lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse, le 18 février 2020. 

Bien que les premiers foyers de pneumonies atypiques aient été signalées à Wuhan, cela ne signifie pas nécessairement que c'est là que la maladie COVID-19 est passée des animaux aux humains, a déclaré un expert de l'OMS.

GENEVE, 3 août (Xinhua) -- Bien que les premiers foyers de pneumonies atypiques aient été signalées à Wuhan, en Chine, cela ne signifie pas nécessairement que c'est là que la maladie COVID-19 est passée des animaux aux humains, a déclaré lundi un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Michael Ryan, directeur exécutif chargé du Programme OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire, a déclaré lundi lors d'une conférence virtuelle sur la COVID-19 qu'une "étude épidémiologique rétrospective beaucoup plus approfondie" devrait être menée pour comprendre pleinement les liens entre les cas.

Il a souligné la nécessité de commencer à étudier les premiers cas humains signalés, afin de rechercher de manière systématique le "premier signal indiquant le franchissement de la barrière entre l'espèce animale et humaine", avant de passer aux études du côté animal.

L'équipe avancée de l'OMS - qui s'est rendue en Chine pour préparer une mission internationale visant à identifier l'origine animale de COVID-19 - a récemment terminé sa tâche, selon l'expert de l'OMS. Les études futures s'appuieront sur les enquêtes initiales menées par les experts chinois autour du marché des fruits de mer de Wuhan.

M. Ryan a également relevé que l'OMS était en train de s'accorder sur la composition de l'équipe internationale et de s'assurer que les membres possèdent l'expertise adéquate pour travailler avec les homologues chinois à la conception et à la mise en oeuvre d'études supplémentaires.